Tel

07.55.64.87.03

E-mail

psypnose.fr@gmail.com

Horaires d'ouverture

Ven : 9h - 20h

Novembre, le mois sans tabac est le moment idéal pour parler de la cigarette et de la dépendance qu’elle entraîne. Tout le monde a conscience et connaissance de la dépendance physique qu’entraîne le tabac à cause de la nicotine mais on oublie bien souvent la dépendance psychologique et comportementale à l’origine de nombreuses rechutes. Découvrons la triple dépendance dans le sevrage tabagique.

3 formes de dépendances à la cigarette

Dépendance physique

La dépendance physique est créée par la présence de nicotine dans le tabac, qu’il soit manufacturé, à rouler, ou à chiquer. La nicotine va agir directement dans le cerveau puisque lorsqu’elle entraîne la libération de dopamine, l’hormone du plaisir. Ainsi a chaque cigarette, le fumeur tente de retrouver ce niveau de plaisir qui n’égale jamais les premières cigarettes. Il peut alors se mettre à fumer plus sans pour autant atteindre ce niveau de plaisir. Il entre dans le cercle vicieux et la nicotine a déjà fait son travail : vous rendre dépendant.

Dépendance psychologique

La cigarette provoque également une dépendante psychologique. Le fumeur va se mettre à fumer pour gérer ses émotions, notamment le stress. Seulement c’est un leurre. La cigarette ne permet pas une meilleure gestion du stress mais elle apaise le manque créer par la nicotine. Le fumeur a donc l’impression que fumer aide à réduire le stress alors qu’en fait il a juste besoin de sa « dose » pour se sentir mieux.

Dépendance comportementale

Enfin il peut y avoir également une dépendance comportementale liée à l’installation d’une habitude. Pour beaucoup de fumeurs ce n’est pas tant le fait de fumer qui leur manque mais simplement le geste. Il y a des associations qui sont faites de manière régulières comme la pause clope avec le café ou les soirées entre amis. Ces moments « à risque » sont à identifier lors d’un arrêt du tabac pour éviter de se mettre en difficulté dans les premiers temps.

4 stades de tabagie

Dans sa formation sur l’hypnose thérapeutique, Olivier Madelrieux parle de 4 stades de tabagie pour identifier le rapport du fumeur à la cigarette et lui proposer un accompagnement adapté via l’hypnose.

Stade 1

La personne fume 5 cigarettes par jour maximum mais peut fumer un paquet entier lorsqu’elle est en soirée avec des amis. On parle d’une dépendance sociale et comportementale.

Stade 2

La personne fume entre 15 et 40 cigarettes par jour. On parle d’une dépendance psychique. La cigarette agit comme un anxiolotique.

Stade 3

La personne fume plus de 40 cigarettes par jour. La cigarette est devenu le carburant et la nicotine permet d’apporter de l’énergie.

Stade 4

La personne fume 3 à 4 paquets par jour c’est à dire plus de 60 cigarettes par jours. Il faut être vigilant car le stade 4 peut cacher une dépression.

Si vous voulez découvrir votre niveau de dépendance, vous pouvez faire le test de Fagerström.

Les solutions naturelles dans le sevrage tabagique

L’hypnose

L’hypnose fait partie des traitements non médicamenteux les plus efficace sur le long terme. En effet si les substituts nicotiniques obtiennent de bon résultats à court terme, l’hypnose est loin devant au delà de 6 mois.

Il faut savoir qu’une séance d’hypnose permet une réussite à environ 70% le premier mois et cette efficacité décroît par la suite, c’est pourquoi il est important d’avoir un suivi avec son thérapeute pendant les 3 premiers mois d’arrêt du tabac.

Pour ma part au cabinet, je propose une séance unique pour arrêter de fumer et à la suite de cette séance, j’envoie un lien avec des séances d’hypnose à écouter quand le patient en a besoin. Je reste également disponible pour échanger aussi longtemps que nécessaire.

A lire : Arrêter de fumer grâce à l’hypnose

Les thérapies cognitivo-comportementales

Pour traiter a dépendance psychologique et comportentale, les thérapies cognitives et comportementales sont les plus efficaces. Elles permettent de travailler sur les schémas de pensées, les émotions et les habitudes pour prévenir les rechutes éventuelles.

il faut savoir que la rechute fait partie du processus. En général un fumeur fait plusieurs tentatives avant de pouvoir dire adieu à la cigarette définitivement. Il ne faut pas culpabiliser mais voir où ont étaient les difficultés afin de mettre en place des solutions adaptées.

L’huile essentielle

L’huile essentielle de Sapin Baumier sera votre meilleur allié naturel pour gérer votre dépendance à la nicotine. Sous ses vertus tonifiantes qui favorisent le confort respiratoire, elle se fixe sur les récepteurs nicotiniques et tant que ces récepteurs sont occupés, vous ne ressentirez pas la sensation de manque.

Vous pouvez l’utiliser par inhalation ou en déposant une goutte sur votre poignet mélangé avec une huile végétale comme de l’amande douce par exemple. Faites néanmoins attention car les huiles essentielles peuvent être allergènes pour certaines personnes. Il est conseillé de faire un test dans le pli du coude 48h avant de l’utiliser.

Cette huile essentielle est déconseillée aux femmes pendant les 3 premiers mois de grossesse.

Où commencer un sevrage tabagique à Bordeaux ?

Les praticiens en hypnose ne manquent pas sur la région Bordelaise, vous aurez le choix. Vous pouvez d’ailleurs retrouver deux collègues praticiennes en hypnose sur Bordeaux dans l’onglet « Partenaires« .

Je propose également des consultations de sevrage tabagique dans mon cabinet situé au cœur du quartier Saint-Paul à Bordeaux. Il s’agit d’une séance d’hypnose unique complétée par l’envoi d’audios d’hypnose à écouter quelques semaines plus tard pour renforcer le travail initial de manière autonome.

sevrage tabagique : une triple dépendance

Articles recommandés

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *