Tel

07.55.64.87.03

E-mail

psypnose.fr@gmail.com

Horaires d'ouverture

Mardi & Vendredi : 9h - 20h

Les émotions sont souvent diabolisées et on finit par en avoir peur, ne sachant plus quoi faire avec. Seulement, les émotions sont des indicateurs précieux sur ce qui se passe en nous. Chaque émotion a donc un message à nous transmettre et nous allons voir ensemble comment gérer nos émotions et comprendre leurs messages.

La liste des émotions naturelles

Pour cet article, je vais m’appuyer sur le livre de Christel Petitcollin « Emotions mode d’emploi« , psychothérapeute. Elle distingue les émotions naturelles, des émotions apprises. A la naissance, nous avons 4 émotions de bases qui sont innées et naturelles.

La joie

La joie est l’état naturel de l’être humain. C’est le moteur à l’envie et la source de motivation.

La joie est une émotion agréable, un sentiment de satisfaction ou de plaisir de durée limitée. Elle se manifeste par un large sourire.

La colère

La colère sert à poser ses limites et à chasser les intrus. Elle est la garante du respect de soi.

« La colère est un état affectif violent et passager, résultant du sentiment d’une agression, d’un désagrément, traduisant un vif mécontentement et accompagné de réactions brutales. » – Larousse

Elle se manifeste par l’augmentation de la pression artérielle, du tonus musculaire, les mâchoires qui se serrent et des expressions faciales dure.

La tristesse

La tristesse sert à être disponible pour le renouveau. Elle permet de clore une période de vie, de faire le deuil de situations ou de relations passées. On ne peut être triste que pour ce qui nous a donné de la joie.

La tristesse est une douleur émotionnelle associée ou caractérisée par des sentiments de désavantages, à une perte, au chagrin. Elle se manifeste par un repli sur soi et des pleurs même s’ils ne sont pas systématiques.

La peur

La peur est la perception d’une situation à venir nécessitant de la prudence. Le courage consiste à dominer sa peur et non pas à la nier.

Elle se manifeste par une accélération du rythme cardiaque, des bouffées de chaleur, une sensation d’étouffement, une gêne abdominale etc.

Les émotions apprises

Lorsque l’enfant grandit et qu’il se sociabilise, il va être confronté à d’autres émotions notamment la honte et la culpabilité qui ne peut se ressentir qu’en présence d’un autre.

La honte

« La honte est une humiliation qui résulte d’une atteinte à l’honneur, à la dignité. C’est le sentiment d’avoir commis une action indigne de soi ou la crainte d’avoir à subir le jugement défavorable d’autrui. » – Larousse

La honte provoque une sensibilité au regard extérieur et au jugement de ses pairs. Elle est faite pour être vécue au niveau des comportements.

La culpabilité

« La culpabilité est l’état de quelqu’un qui est coupable d’une infraction ou d’une faute. » – Larousse

C’est un signal qui indique la transgression d’un interdit.

La frustration

La frustration est une étape importante dans la construction de l’individu. Le bébé à la naissance à une illusion de toute-puissance. Lorsqu’il pleure, ses besoins sont comblés. En revanche, lorsqu’il grandit, il va être confronté au « non », et il perd cette illusion de contrôle absolu.

La frustration est nécessaire afin de poser un cadre à l’enfant. Ce dernier va naturellement tenter de les transgresser pour tester les limites.

Un enfant qui n’a pas appris la frustration risque de devenir un adulte impulsif et rageur.

L’envie et la jalousie

L’envie et la jalousie provoque à la fois un sentiment de frustration et de dévalorisation de soi car elles portent atteinte à l’estime de soi. On parle de sentiment d’infériorité.

L’envie et la jalousie viennent toucher quelque chose qui est important pour nous et que nous n’avons pas en comparaison à cet autre qui lui a ces choses.

Le mépris et la pitié

A l’inverse, le mépris et la pitié reposent sur un sentiment de supériorité. C’est se croire mieux que l’autre. Ces émotions peuvent engendrer des comportements dévalorisants envers l’autre comme des moqueries.

Education, société et émotions

Si notre développement nous fait en général connaître les émotions précédemment citées, notre environnement familial et la société ont un rôle à jouer dans la gestion de nos émotions.

En effet, il existe un code social de répartition des émotions entre les hommes et les femmes. Ainsi, la joie et la colère sont destinées aux hommes tandis que la tristesse et la peur appartiennent aux femmes.

Il n’y a qu’à voir la réaction des gens face à un homme qui pleure ou qui a peur. On dira de lui qu’il est faible ou que c’est une mauviette.

Quant à la femme, sa colère est de suite assimilé à ses règles ou un comportement hystérique.

Il est désolant de voir que ces codes sont encore présents en 2021 même si les choses bougent !

Dans l’environnement familial, il va y avoir un code de contrôle des émotions plus ou moins explicite. Dans certaines familles, on n’encourage pas du tout voir on interdit l’expression des émotions. Les conséquences à l’âge adulte sont telles que les personnes sont complètement déconnecté de leurs émotions et ne s’autorise plus à exprimer ce qu’ils ressentent.

La régulation des émotions

Si certaines émotions sont à proscrire, l’enfant va donc apprendre qu’il y a des émotions autorisées et des émotions interdites. Il va alors ruser pour obtenir ce qu’il veut en passant par une émotion socialement autorisée. C’est ce qu’on appelle le racket émotionnel.

Le racket émotionnel

Fuite pour éviter d’entrer en contact avec l’émotion interdite. Utilisation et exagération de l’expression de l’émotion parasite (celle autorisée) pour manipuler.

Par exemple, une femme peut se mettre à pleurer face à la colère de son mari au lieu de l’affronter afin de générer de l’empathie.

Ainsi un coléreux va devenir brutal, un dépressif va utiliser le chantage au suicide ect.

Certaines personnes s’interdisent l’expression des émotions jusqu’à un seuil donné et explosent ensuite sans ressentir de culpabilité.

Emotions et besoins

Chaque émotion a son utilité puisqu’elle est reliée à un besoin. Voici la liste des émotions et des besoins qu’elles mettent en lumière :

  • colère : besoin d’être respecté
  • peur : besoin d’être protégé
  • anxiété : besoin de préparation à un évènement futur
  • tristesse : besoin de faire le deuil
  • ennui : l’objectif est atteint; besoin de renouveau
  • désorganisation : besoin d’établir des priorités
  • indécision : besoin de revoir nos critères de choix, nos valeurs
  • confusion : besoin de plus d’informations

Comment gérer nos émotions ?

Avant toute chose, il est important de comprendre que gérer nos émotions ne veut pas dire les maîtriser ou les contrôler. En effet plus on essaye de les réprimer, plus elles prennent le pouvoir sur nos vies. Refouler une émotion ne la fait pas disparaître, elle se transforme en angoisse. Voyons maintenant comment gérer chaque émotion :

Comment gérer l’émotion de joie ?

Pour laisser de la place à la joie, je vous invite à réapprendre à habiter votre corps avec amitié. Cela signifie : respecter ses besoins, sa santé et l’astuce est de recentrer sur sa respiration et pourquoi pas faire de la méditation !

Comment gérer la tristesse ?

La tristesse est à distinguer de la dépression. La tristesse apparaît chaque fois qu’il faut s’adapter à un changement, elle nécessite un deuil à faire et pour se faire il faut savoir se mettre en retrait du monde pour trier ses souvenirs et les archiver. C’est donc un temps de repli sur soi tout à fait normal et nécessaire !

Comment gérer la colère ?

La colère est essentielle pour exprimer nos besoins insatisfaits, notamment les limites qui ont été transgressées. Exprimer vos besoins avec respect en utilisant le « je » et non le « tu » accusateur envers l’autre. Contrairement à ce que l’on pense, on peut tout à fait exprimer sa colère calmement !

Comment gérer la peur ?

La peur est directement liée au futur, en cela, il s’agit d’une projection mentale. Demandez-vous quel serait le pire du pire de la situation que vous imaginez ? Ensuite, demandez-vous si ce scénario est objectivement probable ? Le but est de distinguer les peurs rationnelles et les peurs irrationnelles. Ensuite, vous pouvez changer les modalités de ce scénario en l’imaginant en noir et blanc et en accéléré par exemple (c’est une technique de programmation neuro-linguistique).

Comment gérer la honte ?

La honte vous permet simplement de ne pas reproduire un comportement. Intégrer au plus vite cet apprentissage pour éviter cette émotion désagréable. En revanche, si vous ressentez de la honte au niveau de votre identité, c’est que cette honte ne vous appartient pas ! Il y a des enfants qui se sentent honteux de l’alcoolisme de leur parent par exemple. Remettez les choses à leur place, dans ce cas, c’est de leur honte qu’il s’agit, pas de la vôtre.

Comment gérer la culpabilité ?

La culpabilité met en lumière les interdits dans notre vie, mais êtes-vous d’accord avec ce que vous vous interdisez ? Vous êtes désormais un adulte responsable et vous avez le droit de faire vos choix de vie et de ne plus suivre les règles que l’on vous a imposées. La responsabilité est l’antidote à la culpabilité.

Comment gérer l’envie et la jalousie ?

Quand le parcours d’une personne symbolise la réussite à vos yeux, c’est là que ces émotions pointent le bout de leur nez. Elles viennent simplement vous rendre des comptes au sujet de vos rêves. C’est l’occasion de vous demander où vous en êtes et de redéfinir des priorités.

Comment gérer le mépris et la pitié ?

Pour éviter ce sentiment de supériorité, tournez-vous davantage vers la compassion qui favorise des relations autonomisantes contrairement à la pitié qui créer des relations infantilisantes et dégradantes. Nous sommes tous égaux en tant qu’être humain, personne ne vaut mieux qu’un autre.

Comment gérer la frustration ?

Il est important de faire la part des choses sur lesquelles on peut agir ou non. Cultivez votre patience et vivez le moment présent. Un effort de lâcher prise vous sera demandé.

6 étapes pour apprendre à mieux gérer nos émotions

  1. Accepter de les ressentir quand elles sont là
  2. Savoir les reconnaître et les différencier
  3. Comprendre leur mécanisme
  4. Entendre leurs message
  5. Les vivre dans son corps
  6. Passer à l’action par rapport à nos besoins

Et si vous avez une émotion sans savoir pourquoi elle est là, Jacque Salomé préconise simplement d’en prendre soin, de lui laisser de la place le temps qu’il faut.

J’espère que cet article vous aura permet d’en savoir un peu plus sur l’utilité des émotions, les besoins qui se cache derrière et que vous avez désormais des pistes pour apprendre à gérer au mieux vos propres émotions.

Comment gérer nos émotions et comprendre leurs messages

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *